La seconde guerre mondiale en BD...

Publié le par mathurin4

guerre_alan.jpg

 

Je continue dans la veine BD et grosse boucherie (mais pas que...). Après la Der des Ders, voilà celle qu'on espère tous être vraiment la der, la seconde guerre mondiale. Comme sa soeur ainée, elle sert de décor à un paquet de BD en ce moment. En revanche, à l'inverse de sa frangine, c'est pour le meilleur et pour le pire...Mais étant un incorrigible optimiste je m'attacherais à vous parler du meilleur, de la crème et de la crémière. Bien évidemment c'est ma sélection (à moi que j'ai) et pas du tout d'une liste exhaustive....(liste qui existe notamment sur BD-theque)

La guerre de loin, mode Alan "ON"    

la_guerre_d_alan.jpgLa Guerre d'Alan est une oeuvre assez singulière, très éloigné des récits de guerre bodybuildés. Superbement réalisé par Emmanuel Guibert, ce tryptique nous emmène dans les pas d'Alan, jeune GI américain, qui va traverser l'Europe d'Ouest en Est en 1945, en réussissant l'exploit de ne pas entendre un coup de feu (ou presque). Autobiographique et initiatique, le récit a l'immense mérite de totalement démystifier la vie des GI 's pendant la seconde guerre mondiale. Le quotidien d'Alan est fait d'attente et d'ennui. Le front est proche, mais la guerre lointaine. L'unité d'Alan et ses fameuses armored cars va traverser cet immense champ de bataille comme hors du temps, ce qui nous laisse tout le loisir de découvrir les états d'âmes (Eric !! ok je ->) de ce jeune américain ordinaire et de son parcours qui l'est beaucoup moins. Après, si vous cherchez du boum boum et du pan pan, passez votre chemin...avec la Guerre d'Alan on est dans l'intimiste et le sensible...(et tant mieux d'ailleurs !)

Edité à l'Association entre 2000 et 2008, La Guerre d'Alan a bénéficié d'un très bel intégral grand format en 2009. C'est une oeuvre à mon sens incontournable dans son genre, au même titre que Persepolis ou l'Ascension du Haut Mal pour rester chez le même éditeur.

La vie des français sous l'occupation, mode Gibrat "ON"   

C'est un peu la spécialité de Gibrat. Si sa série la plus récente se déroule pendant la 1ère guerre (Mattéo), ses deux oeuvres de référence ont le même décor : la France durant l'occupation, avec deux options : rat des champs et rat des villes.

le_sursis.jpgLe Sursis (chez Dupuis, collection Air Libre) nous plonge dans une bourgade aveyronnaise en 1943. C'est l'occasion pour Gibrat de dépeindre minutieusement la vie dans un village sous l'occupation : ses collabos, ses résistants, mais surtout cette majorité silencieuse qui essaie tant bien que mal de vivre un quotidien fait de privations et de vexations. Le propos est ici le même que dans le film Uranus (de Claude Berri) et plus récemment dans l'ambitieuse série télé, Un village français (diffusé sur France 3). La guerre en elle même n'est qu'un bruit sourd assez peu palpable, ce qui compte ce sont ces hommes et ces femmes, qui ont du réapprendre à vivre ensemble dans un contexte pas des plus fédérateurs. Et c'est passionnant de voir cette humanité se côtoyant depuis l'école républicaine face à leurs choix, parfois victimes, parfois bourreaux, souvent opportunistes, avec parfois comme échelle de valeur l'avancée des alliés. 

C'est dans ce cadre que Gibrat déroule le fil de l'histoire de Julien et Cécile. Ces deux là sont des personnages fondateurs de l'oeuvre de Gibrat. On les retrouvera plus tard dans Le Vol du Corbeau et Mattéo, quasi à l'identique (aussi bien physiquement que mentalement). Attachants et crédibles, il est bien difficile de rester indifférent à leurs sorts. 

le_vol_du_corbeau.jpgLe Vol du Corbeau (chez Dupuis, collection Air Libre) est le pendant urbain du Sursis. Adieu la campagne et bonjour Paris et la région parisienne. Malgré l'anonymat propres aux grandes villes, les antagonismes et les clivages sont les mêmes que dans l'Aveyron. Cécile et Julien....ooops, pardon, Jeanne (la soeur de Cécile) et François, les deux personnages centraux en seront parfois pour leurs frais...La scène d'ouverture sur les toits de Paris dans laquelle notre "héros" et notre héroïne sont suspendus, à tous les sens du terme, dans leur bulle, comme dans les belles rencontres, est superbe. Le reste l'est tout autant...

Ces deux dyptiques sortis entre 1997 et 2005, sont des perles. Graphiquement c'est très beau, les histoires et les dialogues sont au diapason. J'ai une petite préférence pour le Vol du Corbeau, davantage Cornélien, un peu plus complexe...mais je n'en dirais pas plus...de peur d'en dire trop !

* une interview de Gibrat sur BD Paradisio

Autre chef d'oeuvre dans le domaine, Il était une fois en France. J'en ai déjà parlé dans un article sur Fabien Nury, je ne m'étalerais donc pas. A noter que seuls les tomes de 2 à 4 se déroulent véritablement durant la seconde guerre mondiale. Cette saga n'a pas le caractère romanesque des oeuvres de Gibrat et se rapproche davantage du polar. Et dans le style on ne fait pas mieux.

La guerre sous les tropiques, mode Appolo "ON"

commando_colonial.jpgJ'avoue avoir un faible pour les histoires d'Appolo ! En bon connaisseur des latitudes tropicales et des anciennes colonies françaises en Afrique, il propose de nous raconter avec la trop peu connu et sous estimé série Commando Colonial, un non moins peu connu épisode de la seconde guerre mondiale dans la zone africaine de l'océan Indien. Hé oui, jusqu'à Madagascar et dans le golfe du Mozambique les "affreux méchants" et les Alliés se sont taillés des croupières. Alors, certes, on n'est pas à Stalingrad et l'ambiance noix de coco et soleil à gogo est là pour nous le rappeler. C'est donc dans ce cadre que la série nous propose de suivre les pérégrinations de deux soldats Français, Rivière et Robilllard, en mission pour le compte du "grand" Charles et de la France Libre. Et il va s'en dire que ces missions ne vont pas se dérouler tout à fait comme nos deux lascars le voudraient. Ouvertement humoristique mais cependant toujours crédible, cette série est un vrai régal. le trait rond de Brüno accompagne très bien un récit bénéficiant de dialogues aux petits oignons.

Commando Colonial (3 tomes parues chez Dargaud, collection Poisson Pilote) est l'oeuvre d'Appolo (à la plume) et de Brüno (au pinceau). A noter que le troisième tome (que je n'ai pas encore lu) se déroule dans le Maghreb.

Les gros Navions qui font boum, mode Cockpit "ON"

le_grand_duc.jpgLa collection Cockpit des éditions Paquet a donné un sérieux coup de neuf à la BD aéronautique poussant ainsi les Buck Danny et autres Tanguy & Laverdure dans une retraite bien méritée (surtout pour les lecteurs). Romain Hugault est le principal artisan de ce renouveau. Dessinateur passionné d'aéronautique et de seconde guerre mondiale, son trait, son sens du détail et sa connaissance du matos de l'époque sont assez remarquables. Il a notamment signé le tryptique Le Grand Duc, qui est à mon sens ce qui se fait de mieux en la matière. Le Grand Duc, c'est plein de gros navions qui font vraoum, de combats aériens qui font baoum, d'une petite histoire qui fait un peu pchiiit et de quelques plans nichons qui me font faire grrrr (mais c'est un détail) ! Si c'est vraiment les histoires de guerre qui vous intéressent, Le Grand Duc est fait pour vous, c'est saisissant de réalisme et extrêmement bien réalisé. Pour info, cette série se déroule sur le front est en 1944, théâtre des ultimes affrontements entre la Luftwaffe et les pilotes de l'armée rouge.

Bon, il faut aimer le genre, plutôt bourrin, il faut bien l'avouer et le signaler. Le reste de la collection Cockpit (y compris l'autre série de Hugault) me semble un peu moins réussie, voir dans certains cas réservés aux seuls passionnés de la BD aéronautique (Malouine, Bombroad...).

 

Si vous ajoutez à cela l'incontournable Maus (de Art Spiegelman) vous avez de quoi lire et vous faire plaisir tout en vous instruisant.

Communication terminée, rompez... "OFF"

Publié dans BD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bonjour,<br /> <br /> Je viens à vous d'abord pour me présenter et ensuite vous proposer des ouvrages régionalistes publiés ces dernières années. Je m'apelle Pascal Djemaa, 46 ans, journaliste indépendant et auteur<br /> d'une douzaine de livres dont neuf consacrés à des artistes de cinéma et du music-hall.<br /> Je suis né dans la Drôme où j'exerce ma passion de l'écriture depuis une quinzaine d'années. Pour ce qui concerne les biographies (sorties nationales) éditées par Autres Temps, elles sont<br /> disponibles sur de nombreux sites d'achat. En revanche, j'ai écrit une triologie dont l'édition a été entièrement prise en charge par mes soins personnels. Il s'agit de trois romans historiques qui<br /> se déroulent à Romans-sur-Isère dans la Drôme et qui traitent de l'histoire d'un jeune soldat allemand en garnison de 1943 à 1944. Un jeune militaire de la Wehrmacht qui va connaître une évolution<br /> comportementale dans les idées défendues par son pays mais également l'amour avec une jeune ouvrière en chaussures de la ville située au nord de la Drôme.Ces trois livres conçus et édités par la<br /> société Activ' Graphic - déjà 1600 exemplaires vendus- se nomment respectivement :<br /> "Journal d'un soldat allemand à Romans ( octobre 43-avril 44) ; "Le retour du soldat allemand" ( avril-septembre 1956) et "Le fils du soldat allemand" (janvier-juin 1975).<br /> Chaque ouvrage de 200 pages est vendu au prix de 15 euros mais le coffret est disponible à 50 euros (frais de port inclus). A noter que chaque ouvrage contient des illustrations réalisées à la main<br /> par le dessinateur, Gilles Rimbert.<br /> Comme ils ne sont pas distribués dans les librairies, par choix personnel, je préfère les soumettre à la bonne volonté des lecteurs d'où qu'ils viennent.<br /> Je vous laisse le lien vers mon blog où vous trouverez des renseignements intéressants sur mon parcours personnel sans oublier de vous dire que vous lirez également une présentation sommaire de<br /> Pascal Djemaa sur Wikipédia.<br /> Bonne semaine littéraire à vous,<br /> <br /> Pascal Djemaa<br /> 06 24 82 61 74<br /> Blog : pascaldjemaa.over-blog.fr<br /> Sur facebook : Pascal Djemaa.
Répondre